Un peu d'histoire...

 

NB :Le texte ci après établi en accord entre nous mêmes et l’association des anciens élèves du lycée français de Vienne sera publié dans leur journal de fin septembre 2010 , qui sera consultable sur leur site : www.aaelfv.at

Témoin vivant de la francophonie en Autriche, le Lycée francais de Fulpmes

Bien avant la création du Lycée français de Vienne, dans la vallée du Stubaital, entre les montagnes du Tyrol, est fondée une école en septembre 1945, première école française en Autriche.
Car à l’issue de la guerre, l’Autriche est en proie à une insécurité et un désordre ambiants, et la France propose alors sa modeste contribution dans les délais les plus brefs, notamment dans le domaine de l’enseignement et de l’éducation.
Le général Béthouart, futur fondateur du Lycée français de Vienne, arrivé au Vorarlberg avec ses troupes quelques jours avant l’arrêt des combats, opère en liaison étroite avec les nouveaux responsables de la province libérée. Bientôt, ayant reçu les ordres nécessaires et le tunnel ferroviaire de l’Arlberg ayant été dégagé, il peut rejoindre la vallée de l’Inn et atteindre Innsbruck le 18 juillet. Il est très bien accueilli par le Landeshauptmann, bien que la ville soit dans un état pitoyable : 22 bombardements ont détruit 60% des maisons, des écoles, des hôpitaux. La ville manque d’approvisionnements, de matériaux, de main d’œuvre.
Le général Béthouart reste deux mois à Innsbruck, avant de prendre ses fonctions à Vienne de Haut Commissaire de la République française en Autriche. Alors commence, d’un commun accord entre Français et Autrichiens (parfois aussi Bavarois), une longue pacification et reconstruction du Tyrol et du Vorarlberg.
Pourquoi un tel rappel à l’Histoire ? Comprendre les raisons de la création et l’essence du Lycée de Fulpmes ne va pas sans évoquer ce qui a fait sa particularité : un contexte d’après-guerre et de réunification.
Le 25 septembre, un jeune proviseur de lycée, Jean Thibault Chambault, ayant déjà officié à l’étranger et qui porte encore l’uniforme de la 1ère armée dans l’attente de se démobilisation, arrive au Tyrol et s’entend avec le général Béthouart sur les lignes directrices importantes du lycée à créer. Ce lycée destiné à recevoir des enfants allant de 6 ans jusqu’au bac, de toutes nationalités et de toutes cultures, a pour mission : d’une part d’innover une expérience pédagogique unique dont les idées ne seront reprises que tout récemment dans les établissements français d’enseignement, d’autre part d’éduquer dès leur plus jeune âge les élèves, de leur apprendre à se connaître, à se comprendre et à se respecter quelles que soient leurs origines.
Le 7 novembre, le lycée de Fulpmes ouvre ses portes avec 40 élèves, effectif qui double rapidement fin décembre 1945 et approche les 200 dont 85 filles en fin de première année scolaire.
Le 20 novembre 1945, il est officiellement inauguré par le général Béthouart qui présidera lui-même la première distribution de prix en juin 1945.
65 ans après, ses anciens élèves témoignent toujours de ces années exceptionnelles : cette longue et passionnante histoire, nous vous la ferons partager dans les prochaines éditions du MDA.

Hélène et Maurice Berger


Retour page d'accueil.

---JCS, apprenti Web-user, vous salue bien. A bientôt !